IMPRESSION DES EMBALLAGES / PROCÉDÉS D’IMPRESSION – PRÉPRESSE / PRÉPARATION DES DONNÉES / GESTION DES DONNÉES

Chez Bourquin, l’impression des emballages n’est pas seulement une question de performance. Nous offrons à nos clients une assistance complète pour tous les aspects de l’impression des emballages. Cela comprend un prépresse performant avec une préparation experte des données et une coordination professionnelle avec le processus d’impression choisi.

Qu’il s’agisse de l’analyse de la faisabilité, de la création du design jusqu’au soutien technique du processus et à l’impression individuelle d’emballages de haute qualité, nous disposons des connaissances technologiques nécessaires et assurons les procédés d’impression les plus divers. Notre gestion des couleurs avec une épreuve contractuelle adaptée aux machines d’impression correspondantes, permet de contrôler au mieux l’impression des emballages à l’avance et de garantir une qualité constante dans la mise en œuvre du processus d’impression défini.

Impression flexographique

L’impression flexographique est un procédé très simple et universellement applicable, qui est principalement utilisé dans le domaine des emballages. Il s’agit d’un procédé d’impression typographique direct dans lequel les surfaces encrées et non encrées sont situées à des hauteurs différentes sur la forme d’impressionune matrice souple. Une grande variété de matériaux peut être imprimée pour les emballages primaires et secondaires, des petits aux très grands tirages.

Le papier est imprimé avec des encres à base d’eau qui sont inoffensives pour les denrées alimentaires. De très bons résultats d’impression sont obtenus lors de l’impression sur papier et carton ondulé. La flexographie est particulièrement adaptée aux teintes en aplat et aux représentations tramées. Pour la reproduction des images, la meilleure qualité d’impression est obtenue grâce à l’utilisation des dernières technologies en matière de prépresse, de production de matrices et de machines. En flexographie, des machines très différentes se sont développées ces dernières années et une distinction générale est faite entre la pré-impression et la post-impression. L’impression flexographique est traditionnellement utilisée pour les emballages de transport, les emballages/barquettes pour les présentoirs et les emballages d’expédition.

-> Pré-impression (pré-impression du carton ondulé) : ici, la surface extérieure du carton ondulé est d’abord imprimée puis laminée sur la cannelure avec la bande intérieure = pré-impression en rouleau.
-> Post-impression (impression directe sur le carton ondulé) : il s’agit d’une forme de flexographie où l’impression se fait directement sur le carton ondulé.

Impression offset

L’impression offset est un procédé d’impression à plat. Ici, les zones de réception de l’encre sont gravées sur une plaque d’impression métallique plane. La quantité d’encre transférée est mesurée en lignes/cm pour tous les procédés d’impression. En impression offset (jusqu’à 100 lignes/cm), on peut imprimer plus de lignes/cm sur le support qu’en impression flexographique (18 à 54 lignes/cm). Plus le nombre de lignes est élevé, plus l’image imprimée est claire lorsqu’on la regarde de près. En tant que procédé d’impression à plat indirecte, l’impression offset repose sur le principe physique de la répulsion de l’eau et de la graisse. Dans ce processus, les zones d’impression et de non-impression se trouvent pratiquement sur le même plan. L’impression offset utilise des encres d’imprimerie très visqueuses.

Ces encres sont transférées sur le papier par le cylindre porte-cliché (dans le bon sensà) et le cylindre porte-blanchet (effet miroir). Les encres d’impression offset sont des encres pâteuses qui sèchent par oxydation. En imprimerie, on parle de couleurs standard (CMYK) et de couleurs spéciales. Les couleurs spéciales peuvent être imprimées en offset à partir des différents systèmes de couleurs tels que Pantone, RAL ou HKS (par exemple les logos de marque) de manière exacte et fidèle à la couleur. Les couleurs standard sont tramées en impression offset. Comme les pixels sont imprimés les uns à côté des autres et les uns sur les autres, une trame très fine est créée. On obtient ainsi une couleur mixte pour le spectateur, de sorte qu’un large spectre de couleurs est possible. Nous créons des expériences visuelles et haptiques en affinant l’impression offset.

Nous utilisons souvent des vernis pour les effets brillants et mats ou des vernis à l’iriodine pour les effets nacrés. Le gaufrage en creux et l’estampillage mettent subtilement en évidence les éléments graphiques ou textuels en impression offset. Les finitions d’impression offset peuvent également être appliquées pour des raisons de qualité. Un vernis de dispersion, par exemple, favorise un séchage plus rapide et contribue à augmenter la résistance au frottement. L’impression offset peut également être améliorée avec un vernis antidérapant. Le pelliculage (cellophanage) protège aussi l’image imprimée en offset contre les chocs mécaniques.

Impression numérique

Il s’agit d’un procédé d’impression sans contact. Cela signifie qu’aucun support d’impression (/matrice) séparé n’est nécessaire. L’image imprimée est transférée directement à la machine d’impression par ordinateur.

Par rapport à d’autres procédés, tels que l’impression offset ou flexographique, on élimine la nécessité d’un réglage coûteux des machines. L’impression numérique convient aux petits et moyens tirages dans divers formats. En raison des faibles coûts de mise en place, le prix est meilleur qu’avec les autres procédés d’impression. En termes de résolution, l’impression numérique est comparable à l’impression offset. L’impression numérique est donc optimale pour les emballages et les présentoirs de haute qualité en assez petits tirages.

© Bourquin SA - 2021 - Flavian Grieder